Chine partie 1 : Sichuan

Chengdu Shi, Chine le 03/12/2015

 

 

 

Voilà, finalement, avec 5 jours de retard me voilà en Chine. De nouveau un choc climatique que j'avais sous-estimé (de 35 à 0 °c), en tongs dans la neige à l'aéroport de Pékin (transit) ça refroidit... Mais qu'est ce que ça fait du bien d'avoir froid après l'Inde !


Chengdu :

C'est là que je commence mon périple en Chine, ville très chouette et assez « relax ». J 'ai passé ma première journée au « Panda breeding centre » un endroit juste génial. C'est un centre de recherche où ils font notamment en sorte que ces nounours sexuellement paresseux se reproduisent afin que l'espèce ne s'éteigne pas. Je suis totalement anti-zoo mais là c'est très différent et vu leur deux activités préférées (et uniques) : manger et dormir, ils n'ont vraiment pas l'air malheureux dans ce centre gigantesque à l'écart de la ville où ils sont traités comme des rois. Et les bébés... le panda est officiellement l'animal le plus chou du monde.

J'ai retrouvé mon ami chinois Andy rencontré l'été 2014 en Birmanie où nous avons voyagé ensemble pendant un moment et sommes resté en contact depuis. C'est vraiment quelqu'un de génial et j'espère qu'ils viendra vite nous rendre visite à Genève. C'était pratique de visiter un peu la Chine avec quelqu'un qui parle le mandarin parce que sinon c'est vraiment pas évident, absolument personne ne parle anglais, quasi rien n'est écrit en anglais, de bons moment de galère.. Par exemple quand j'ai pris une jolie petite maison en photo sous tous les angles il a pu m'informer que c'était les toilettes publiques... En Chine les personnes âgées ne restent pas chez elles devant la Tv mais se retrouvent tous les jours dans les parcs publics pour danser, boire du thé, faire des jeux de société, du tai-chi etc. Je trouve ça génial.

J'ai été invitée à manger dans la famille d'Andy, une super expérience pour moi. Beaucoup de monde, tous autour d'une table basse couverte d'une dizaine de plats différents et chacun pioche directement dans les plats avec ses baguettes. C'était l'épreuve ultime pour moi, car il ne suffit pas d'attraper l'aliment désiré, il faut aussi traverser toute la table sans le lâcher.. étonnamment, même après 2 mois en Inde à manger avec les mains j'm'en suis pas trop mal sortir, y a juste avec les cacahuètes que j'ai pas tenté le diable quand même. Ensuite j'ai dû faire une séance photo sur le canapé (kitshissime) avec toute la famille, y compris le splendide caniche géant... Ils ont insisté pour que je goûte l'alcool local, vous savez « l'Hopirub » de l'hôpital ? Eh ben c'est pire, s'il me restait des microbes de l'Inde ils sont morts.

Nous sommes aussi allé à Leshan : là où se trouve le plus grand buddha du monde (oui oui pour de vrai), 72 mètres de haut, 7m de long pour l'oreille et l'orteil plus grand que moi. C'était sympa mais énormément de touristes (chinois bien sûr), plus de 2 heures de queue... mouais bof heureusement qu'Andy était là pour me faire rire (et de nouveau lire la carte dans le mauvais sens et nous envoyer dans les roses).

Le soir on a mangé le fameux « hot pot », grande spécialité du Sichuan. Un trou au milieu de la table avec un grand « caquelon » (avec lequel j'ai réussi à mettre le feu à ma serviette) avec un bouillon très très épicé (parfait pour moi) et tu trempes tout ce que tu veux dedans. Normalement le hot pot c'est avec de la viande mais comme je n'en mange pas on a pris l'option poisson, malheureusement mes goûts d'européenne gâtée font que quand il y a autant d’arêtes que de chair je suis pas fan, mais avec tous les légumes et champignons qu'ils ont (dont on ne trouve pas chez nous la majorité) c'était incroyable. Une autre spécificité de la cuisine sichuanaise c'est le « sichuan pepper », ça ressemble à du poivre et quand tu croques dedans ça t'anesthésie la bouche et donne des fourmis, qui plus est le goût est atroce bref ça on s'en passerai bien.


Jiuzhaigou : immense coup de cœur


Vous savez les groupes de chinois dans les bus qui descendent pour prendre des photos, avaler leur repas en 5 minutes, toujours suivre le petit drapeau en faisant attention de ne pas s'éloigner de plus de 2,50m ? et ben c'était moi ! Je pense que vous m'imaginez autant que moi dans un truc comme ça.. Mais bon c'était le moyen le plus simple et le plus économique de me rendre dans ce parc (10h aller- 10h retour) et la journée dans le parc national était libre donc j'ai « juste » eu à supporter ça pendant les trajets et les soirées... J'étais bien entendu la seule non-chinoise, la seule à parler anglais, le guide parlait dans un flot continu, je me demande bien ce qu'il pouvait leur raconter pendant aussi longtemps... Au final c'était intéressant de vivre ça de l'intérieur, maintenant je peux critiquer en connaissance de cause... Malgré la barrière de la langue les gens étaient plutôt sympa et une toute petite fille qui ressemblait à Boo de Monstre et compagnie voulait être mon amie et partager tous ses goûters avec moi (bon ok j'ai craqué...)

Le parc... sans exagérer c'est le plus bel endroit que j'ai vu de toute ma petite vie. 700 km2 de lacs turquoises transparents, de cascades et de rivières, c'est juste féerique. Évidemment il y a du monde, mais c'est vraiment bien agencé avec des petits chemins en bois et des bus Hop-on hop-off donc ça gène pas trop. Ce qui gène un peu plus c'est les chinois et leurs selfies, il y a autant de selfie stick que d'habitants dans ce pays, à croire qu'ils naissent avec, donc après m'en être pris 2 dans la tronche j'ai commencé à me méfier. J'ai de la peine à comprendre qu'avec un pays aussi merveilleux la seule chose qu'ils veulent prendre en photo c'est eux-mêmes... Histoire de finir la journée en beauté on a eu droit à un petit (1h30 tout de même...) spectacle de danse et de musique, c'était consternant, ça fait du bruit et de la lumière ils sont contents... On a aussi eu le droit à un repas tibétain dans une famille (débordant d'authenticité...) où, trouvant mon ravioli un peu fade, j'ai décidé de le tremper dans la sauce avant qu'on me fasse remarquer que c'est l'alcool local avec lequel on doit tous trinquer ensemble (oups).

Bref, c'était une expérience et honnêtement ce parc vaut la peine de supporter presque n'importe quoi, même si j'avoue avoir craqué le dernier jour et refusé (malgré leur expression très choquée) de les suivre dans leur « activités ».


Emeishan :

Le mont Emei est l'une des 4 montagnes sacrées bouddhiques de Chine. Le sommet est orné d'un temple d'or et d'un temple de cuivre (et deux ou trois autres trucs). Par soucis d'économie de temps et d'énergie je suis montée en bus jusqu'à un certain point, ensuite j'ai marché jusqu'à un monastère où j'ai passé la nuit. Bon ben c'est rustique quoi ! Environ 3000 mètres d'altitude, pas de chauffage, un lit qui m'a semblé être en brique mais de nouveau j'ai beaucoup apprécié l'expérience. Y a pas grand chose à faire alors j'ai passé la soirée auprès du feu avec les vieille tibétaines, elles papotaient pendant que je lisais. Le matin j'ai terminé l'ascension avant l'aube jusqu'au sommet, tout était gelé, une vraie patinoire (oui je suis tombée et pas qu'une fois). Ce spot est très réputé pour voir le lever de soleil en étant au dessus des nuages, en l'occurrence moi j'étais pas au dessus mais en plein dedans donc j'ai pas vu grand chose mais c'était très sympa quand même, j'me suis beaucoup amusée à faire pleins de photos et ça donnait un petit côté mystique intéressant. J'ai décidé de faire toute la descente à pied, 34km dans la pluie et le brouillard (mes mollets s'en souviennent encore), forêts, temples, monastères, cascades et grâce à la pluie pas un chat. Pas de chat mais beaucoup de singes, des énormes singes tout poilus que j'ai passé beaucoup de temps à observer. Malheureusement il y a un endroit en particulier où ils les nourrissent (pour les chasser ensuite avec des bâtons..) donc ils sont très agressifs et j'ai dû me « battre » avec un pour qu'il veuille bien lâcher mon sac à dos...

Voilà c'était le dernier site de la province du Sichuan, prochaine étape : Yunnan


Je ne suis en Chine que depuis une dizaine de jour mais j'ai déjà un gros coup de cœur pour ce pays, c'est un peu la surprise pour moi. Sans la barrière de la langue (infranchissable pour moi) c'est clairement un endroit où je pourrais m'imaginer vivre. Je suis un peu frustrée de n'avoir que 25 jours ici (ce fichu retard de visa m'ayant encore ôté 5 précieux jours) et d'un autre côté vu ce qui m'attend direct après je suis pressée aussi.

Je pensais que je serais inconsolable de la perte de la nourriture indienne mais la Chine me console bien. Par contre autant en Inde c'est le paradis des végétariens autant en Chine c'est très dur, c'est des purs carnivores, même les légumes sont en général cuits avec de la viande. Vu l'histoire de famine du pays, si on peut se payer de la viande, on en mange ! Il n'existe aucun mouvement végétarien, et la viande serait importante pour la virilité des hommes...

Comme partout il y aussi des points négatifs, énormément de monde fume et les lieux publics (restaurants etc) sont fumeurs, j'ai beaucoup de peine avec ça. Je ne pensais pas que c'était physiquement possible mais ils crachent plus bruyamment et plus fréquemment que les indiens #jenemyferaisjamais. Et aussi manger en faisant le plus de bruit possible, je pense qu'on m'a trop rabâcher "ferme la bouche quand tu manges" pour que je m'y habitue.


Bon je m'arrête là pour que le peu qui ont tenu jusque là ne m'abandonne pas aussi.


A bientôt

 

albums: (c'est un peu galère pour les titres, c'est pas vrmt moi qui choisis...dsl)

- chengdu shi

- aba blablabla (il y en a deux mais c'est deux différents)

- leshan shi (il y en a deux aussi, un c'est bien Leshan et l'autre c'est Emeishan)

 

 itinéraire: (tjs le même site, celui du blog ne marche pas)

 http://theswallow.travelmap.fr/






 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Chine