Bolivie + Santiago
  

Bolivie + Santiago

La Paz, Bolivie le 01/04/2016

 

 

    
 
 Après 2 semaines au Pérou, nous passons de la rive péruvienne du lac Titicaca à la rive bolivienne, passage de frontière en bus qui se fait sans grande difficulté.  La Bolivie est un des plus beaux pays que j'ai vu avec ces paysages magnifiques et variés. 4000 mètres ici c'est comme le niveau de la mer chez nous, le lac titicaca est digne d'une carte postale à chaque endroit, le salar d'Uyuni et les différents lac avec leurs flamands font partie des endroits les plus photogéniques qu'il m ait été de voir, mais (et oui il y a un petit mais) j'ai vraiment pas trouvé les habitants chaleureux, ni sympathiques ni un tant soit peu efficaces et fiables. Je n'ai pas pour habitude de généraliser mais là vraiment dans l'ensemble ils étaient désagréables et ce pays n'aura pas été une aventure humaine, je suis bien contente de ne pas l'avoir faite seule.

 


Copacabana

Alors oui ça sonne comme une destination de rêve où on se dore la pilule au soleil et fait la fête, mais non, la Copacabana bolivienne n'est pas la brésilienne. Copacabana c'est nul, nous n'avons pas du tout aimé cette petite ville avec son avenue touristique avec ses "restaurants" chers (pour la Bolivie) et médiocre (tous propose le même menu ou des pizzas ignobles). Mais bref on s'en fiche car c'est pour nous uniquement une étape qui nous permet de rejoindre la merveilleuse Isla del Sol.


Isla del Sol

Après 3 heures de bateau (ce n'est pas la distance qui est grande c'est le bateau qui est lent) nous débarquons sur la partie nord de l'île qui a vraiment un air méditerranéen entre la végétation, les plages et la couleurs de l'eau.  Nous avons tout traversé à pied par la crête, tout d'abord nous avons visité le nord avec ses ruines et ses belles plages où je me suis même baignée (enfin disons trempée) dans l'eau à 9 degrés, Axel à fait la poule mouillée et m'a attendu sur la plage ( <3 ). Nous avons également fait une drôle de rencontre sur cette plage, des cochons très affectueux... Effectivement il suffit de les approcher pour qu'ils se jettent sur le dos pour qu'on leur grattouille le bidon en émettant des petits bruits de plaisir, de plus ils sont tout propre car ils vont régulièrement faire leur ablutions dans les eaux cristallines du lac. Nous nous sommes ensuite rendue sur la partie sud de l'île, plus habitée et cultivée. Après un bon moment de galère à faire des allers retours (en montée) nous trouvons enfin un endroit où nous poser. Après un petit verre de vin (bon ok une bouteille) au coucher du soleil, même galère pour la bouffe, il y a plus de pizzeria que de truites dans le lac et autant vous dire que c'est pas celles de « Pizza d'Oro » pour ceux qui connaissent. Après une nuit bien tranquille (l'altitude est de 3812 mais ne nous dérange plus) retour à Copacabana, heureusement seulement pour une heure (on a quand même réussi à attendre 30 minutes dans un resto pour des spaghettis et quand j'ai demandé quand ça arrivait elle m'a dit qu'elle ne pouvait pas savoir puisqu’ils n'avaient pas encore commencé, on s'est barré) avant de prendre notre bus pour La Paz (seulement 3 heures)


La Paz

C'est théoriquement pas la capitale mais c'est tout comme. Comme il fallait s'y attendre dans une grande ville dans le pays le plus pauvre d'Amérique latine, il y a énormément de disparité, c'est désorganisé et pollué et dès qu'on sort du centre c'est la cata. La nourriture bolivienne, bien que ça n'aie pas grand chose de bolivien se compose essentiellement de burgers, de frites, de poulet frit,de pizzas ou truc du genre, si vous voulez bien manger n'allez pas là bas et si vous êtes végétariens encore moins (si vous êtes pressés non plus). Malgré une belle vue sur des sommets enneigés la ville n'a rien d'extraordinaire, nous avons fait un tour au marché, y compris le marché aux sorcières où on vous vend toutes sortes de potions et des fœtus de lamas morts pour en faire offrande à la déesse Pachamama... Nous avions un jour entier de libre et cela étant quelque chose de compliqué pour moi j'ai réussi à nous dénicher une petite rando à la dernière minute je suis allée faire les courses à 20h pour nous acheter un pique nique et ouf je peux dormir sur mes deux oreilles.


Laguna Chiarkota

C'était de la dernière minute mais tellement contente de ne pas avoir loupé ça. Nous sommes partis de bon matin avec notre « guide » et notre « chauffeur » dans une voiture qui a probablement vécu la guerre. Après une « route » très escarpée au milieu des prairies et des lamas nous atteignons un premier lac et commençons la marche où les lacs, les villages, les sommets et les paysages à couper le souffle vont s’enchaîner et surtout aucun autre touriste de la journée. Pique nique au bord d'un lac turquoise à 5700 mètres et retour. Au retour nous avons du descendre de la voiture lorsque la pente était trop raide, j'ai peut être forcé sur le pique nique.


Sucre   (prononcé Sucré et non pas Sucre comme certains français que nous avons rencontré)

14 heures de bus non merci, on a donné, cette fois-ci on prend l'avion ! Comme une lettre à la poste vu que c'est un vol domestique, le seul drame de ce trajet fut que nous nous sommes rendus compte qu'il y avait un Subway dans l'aéroport seulement après avoir mangé notre petit dej, dammit !
Sucre, très jolie petite ville assez compacte, tous les bâtiments sont blancs. Nous avons aussi visité le cimetière, très typique de Bolivie, ce n'est pas des tombes au sol comme nous mais des grands bâtiments où ils sont rangés comme des bôites à chaussures (pardon pour la comparaison, paix à leur âme).
On s'est posé dans un parc et là on s'est très vite fait accosté par énormément d'enfants qui mendiaient, pour éviter d'encourager ça je leur ai bien entendu rien donné et pour la première fois je me suis faite frappée et griffée par des petites filles hautes comme 3 pommes... charmant.
Nous nous sommes malgré tout bien plu dans cette ville (les chats et chaton dans l'hotel aidant aussi) nous sommes resté 3 jours histoire de nous poser un peu et aussi de visiter le musée de l'anatomie humaine (la médecine me manquerait-elle?).


Tarabuco

petit village à 2 heures de route de Sucre très réputé pour son marché de textile qui a lieu tous les dimanches mais encore plus pour sa fête folklorique qui a lieu une fois par année le troisième dimanche de mars, qui est ce qui tombe par hasard en plein dessus ? C'est Axel et Julie !

C'était vraiment sympa, beaucoup de monde touristes et boliviens) une ribambelle de costumes traditionnel tous plus colorés les une que les autres, multiples danses et instruments. Cependant, les boliviens semblent être aussi doué pour la musique que pour la nourriture, donc c'est pas très mélodieux et t'en a vite marre mais c'est joli à voir et tout le monde est heureux.


Potosi

Petite ville qui vit essentiellement de l'exploitation minière et l'une des seule raison qui pousse les gens à la visiter. C'est un peu controversé et certains trouvent que c'est du voyeurisme, pour l'avoir fait je ne trouve pas, c'est très intéressant, informatif et ça sensibilise sur la condition des mineurs. La compagnie qu'on a choisi à été fondée par des mineurs eux même, et les guide sont tous des mineurs ou anciens mineurs. Tout d'abord nous commençons par nous équiper (casque, lampe, combi, bottes et masque) puis nous rentrons et longeons les railles pour les wagons, il faut très souvent se baisser, le 'plafond est trop bas pour se tenir debout, claustro s'abstenir. Nous avons rencontré des mineurs et avons pu discuter avec eux et leur offrir des cadeaux (que des choses utiles, feuilles de coca, boissons énergétique etc.) et pour chaque touriste qui visite la mine de l'argent est versé pour améliorer leurs condition de travail. Nous avons pu assister à des explosions (explosifs disponible en vente à n'importe qui, enfants compris) c'était impressionnant. Vraiment une expérience enrichissante, seul petits hic 4 israéliens dans notre groupe bien plus intéressés par le fait de se prendre en photos sous tous les angles (et nous demander de les prendre en photos sous tous les angles), écouter de la musique, fumer et j'en passe, il faut de tout pour faire un monde...

Nous avons rendu visite à la statue qui représente leur dieu dans la mine (un immense diable avec un pénis géant entrain de se masturber), le guide nous a dis qu'il faisait une offrande pour qu'on ait deux enfants quand on fera l'amour leur soir même, euuuh j suis pas superstitieuse mais disons que ce soir là c'était resto dodo.


Tupiza

23 mars, 25 ans de mon amoureux qu'il me fait l'honneur de passer à l'autre bout de la planète avec moi. Le moins qu'on puisse dire c'est qu'il a pas été récompensé.. 6 de bus et arrivée dans une ville du far west où il n'y a rien à faire... promis on se rattrape à Santiago. Au moins on a un hôtel avec piscine et il fait beau, youpi ! (il en faut peu pour être heureux....)
Voyager en couple exigeant de ma part certains effort de ma part, je décide donc d'aller me faire épiler les jambes chez « l’esthéticienne » (une coiffeuse qui t'épile derrière un paravent), grave erreur. Après m'avoir brûlée une bonne dizaine de fois au troisième degré en me suppliant de pas crier pour pas que mon « fiancé » entende et se fâche, je suis ressortie avec les jambes couvertes de cire puisqu'elle n'avait pas l'eau courante, et il m'a semblé le même nombre de poils, seule la répartition semblait différente, bref merci madame je vais aller me raser.
Une autre particularité dans cette ville, c'est les restaurants, il y en a très peu, c'est uniquement des pizzerias et quand tu commandes quelques chose ils sortent te l'acheter.... on va mettre ça sur le dos de la hors-saison
Nous sommes dans cette ville pour faire un tour de 4 jours dans le salar d'Uyuni et compagnie que nous organisons avec difficulté mais finalement c'est bon nous partons le 25 ce qu'il nous laisse une journée glandouille piscine.


Tour salar d'Uyuni, Laguna Colorada etc.

Nous commençons par une journée dans les alentours de Tupiza, ça ressemble aux États-Unis, des canyons, des cactus, etc. Nous faisons une balade à cheval de 3 heures, très sympa presque romantique sauf le mal de fesses. Nous avons terminé par une descente à vélo, je pensais que ça me plairai pas mais en fait j'ai adoré, une grosse montée d'adrénaline dans un super décor.

Vu le prix qu'on paie on nous avait promis de la délicieuse nourriture bolivienne, le soir on nous a déposé une pizza pour deux devant la porte, la pâte avait probablement été faite de crackers alignés et comble du manque de goût recouverte d'ananas en boîte, nous avons piqué un fou rire, mieux vaut en rire qu'en pleurer.

Le lendemain départ tôt avec la jeep direction Uyuni en passant par le cimetière des trains et 2 ou 3 autres trucs. Après le dîner, arrivée sur le salar et là, la claque ! On l'a tous vu en photo mais en vrai c'est tout autre chose. Cette étendue plate et blanche comme neige à perte de vue et des mirages de tous les côté c'est incroyable. C'est tellement grand que même si c'est touristique il y a moyen de se retrouver seul, c'est à vivre une fois dans sa vie. Le soir nous avons dormi dans un hôtel de sel, c'est un peu comme les hôtels en glace mais c'est du sel (sans blague), pas des plus confortables mais fun.

Départ encore plus tôt pour voir le lever de soleil sur le salar, juste magique, rien d'autre à dire. Le ciel est passé par toutes les couleurs. Il faisait très froid mais ça aurait valu d'en perdre 3 orteils. Petit dej sur le salar puis nous continuons notre route, et pas n'importe laquelle.

Premier lac, grosse surprise pour moi, je ne m'attendais pas à voir sitôt les flamands roses (que je rêve de voir depuis plusieurs destinations déjà). C'est splendide, leur couleur contrsate parfaitement avec les paysages, c'est tellement paisible. La journée s'est résumée à passer d'endroits merveilleux à d'autres encore plus merveilleux pour finir en beauté pour la laguna colorada avec sa couleur orange (due à des micro organismes). Nous dormons sur place dans des hébergements très sommaires où notre « cuisiner » à encore réussit à nous surprendre en nous servant des frites en entrée et en plat principal (et rien d'autre...).

Ce soir là j'ai réalisé que j'ai perdue ma polaire rouge Patagonia et là c'est le drame, j'y tenais tellement. L'argent ne fait pas le bonheur mais je serais quand même vachement moins démoralisée si je pouvais me racheter ce que je perds..

Dernier jour c'était un peu la course (contrairement à ce que la compagnie nous avait juré) lever à 4h30 pour aller voir les geysers avec le soleil levant, assez fascinants, j'en avais encore jamais vu, par contre l'odeur de souffre avant le petit dèj bonjonr !

Ensuite direction les sources chaudes avec un super panorama (baignade plus agréable que le déshabillage et l'habillage), puis le désert de Dali, la laguna blanca et verde (qui n'est pas verte le matin, surprise des guides le dernier jour...) et tout ça avant 10h puisque le seul transport quitte la frontière à 10h. Sortie de Bolivie et entrée au Chili sans encombre, dans la même journée nous prenons un bus pour Calama pour pouvoir prendre notre avions pour Santiago le lendemain matin.




Santiago du Chili

Après un mois où le moins que l'on puisse dire c'est que l'on ait pas pété dans le luxe (quoique toujours mieux que mes dortoirs) alors on a décidé de se faire plaisir pour nos derniers jours. Tout d'abord un super loft ultra design au centre dans un grand immeuble avec piscine sur le toit. Du coup le soir on a été se chercher des sushis et un peu trop de vin blanc, une fois celui ci monté à la tête on a eu envie de sortir, le seul truc qu'on a trouvé c'est un vieux fast food, on a pris un sandwich et confondu le ketchup avec le piment, bref retour à la maison.

Nous avons visité Valparaiso le deuxième jour, très jolie et petite ville pittoresque au bord de l'océan, le « street art » est très répandu, il y a de très beaux grafitis un peu partout.

Pour la dernière nuit et pour son anniversaire nous sommes allé au Plaza, un hôtel 5 étoiles avec piscine et spa, et par je ne sais quel miracle nous avons été surclassé et avons eu la suite.

Malgré la suite ça n'a pas empéché la dernière matinée d'être un peu glauque, et oui se séparer encore une fois après tout un mois ensemble c'est pas facile. Ce fut la séparation la plus dure pour moi, il est monté dans le bus on s'est fait des petits coucou et des sourires jusqu'à ce que je réalise que le mec assis devant lui me répondait aussi...embarrassant !


Une nouvelle aventure m'attend, la Patagonie, un rêve que Micka vient partager avec moi pendant 3 semaines.


À bientôt




 


 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Bolivie