Bahia et état de Rio de Janeiro
  

Bahia et état de Rio de Janeiro

Paraty, Brésil le 17/06/2016

 

Salvador


  

Après plusieurs petits village d'affilée me voilà de nouveau dans une grande ville mais où je n'ai visité que le centre donc qui ne m'a pas parue si grande que ça. La culture africaine est très présente, et ce dans tous les domaines, héritage datant de l'époque de l'esclavage.
Mon auberge est vraiment sympa et bien située, je suis arrivée juste à temps pour les caipirihna gratuites que j'ai siroté dans la piscine avec tout un petit groupe. Nous avons tous fini dans un petit resto sympa, ça fait du bien de partager un repas avec du monde de temps en temps. Ça m'aura donné un premier aperçu de nuit du Pelhourino, le magnifique quartier historique malheureusement pas super safe même si c'est la zone la plus « sûre » de la ville ». 
Le lendemain je suis partie explorer la ville, j'ai commencé par l'ascenseur qui mène à la partie basse de la ville (encore moins safe) puis la partie haute avec ses rues pavées et ses maisons colorées. J'ai goûté pour la première fois (et pas la dernière) un « Acarajé », street food africaine sorte de beignet de crevette avec des légumes et de la sauce piquante, je crois qu'il détrône mon « arepa con queso » de Colombie. Pendant les heures les plus chaudes de la journée (sachant que les autres heures sont difficilement supportables aussi, j'ai profité de la piscine pour ensuite recommencer mes visites plus tard. Avec quelques filles on s'est rendue à une messe spéciale, alors j'ai horreur des églises donc je me suis abstenue d'entrer, les chants super dynamiques passaient encore mais l'encens et les discours solennels non merci (même si je n'en comprends pas un mot d'ailleurs). j'en ai profiter pour sortir faire une petite série de photos de nuit dans les rues et je suis revenue juste à temps pour la fin de la messe où j’étais amusée de voir que c'est du vrai pain qu'on distribue durant l'eucharistie, plus nutritif qu'une hostie pour ceux dans le besoin.
Pour des raisons historiques, la fiesta à Salvador c'est le jeudi, donc je suis sortie avec un petit groupe de nana dans une sorte de « boîte » de Forrò (style musical du nord-est brésilien), j'ai tenu une heure... Après une courte nuit interrompue par l'arrivée dans le dortoir des gens qui, visiblement, sont plus fêtards que moi, je prend un bus pour Lençois, ancien village de mineur, dans la région de Chapada Diamantina, dans les terres cette fois. Le trajet n'aurait pas été trop désagréable si un vieux (une personne âgée) à côté de moi n'avait pas sifflé les 7 heures durant.

Chapada diamantina

 

Arrivée dans le village de Lençois, je m'attendais à ce que ce soit un bled paumé, c'en est un, mais je ne m'attendais pas du tout à ce que ce soit aussi joli avec pleins de petits restos sympas le soir.
J'ai sympathisé avec une hollandaise (en même temps être les deux seules personnes de l'auberge et du dortoir aide) du coup nous avons réservé un tour ensemble pour le lendemain dans le parc national de Chapada Diamantina.

Le guide (super sympa et compétent en plus, bonheur) est venu nous chercher en jeep et nous avons roulé 2 heures pour nous rendre au Poço azul où nous avons même été accueillit par des minuscules singes ultra mignons. Le poço azul est une sorte de piscine naturelle dans une grotte, un peu comme les cénotes au Mexique mais contrairement à celles-ci elle n'est pas reliée à la mer mais à une rivière souterraine. C'était juste splendide, indescriptible, d'une transparence jamais vue, on voyait sans problème jusqu'au fond (22 m de profondeur) nous étions les deux seules donc nous nous y sommes baignées dans un silence de cathédral, majestueux.
Ensuite nous nous sommes rendue à une série de cascades idéales pour la baignade et la détente (non pas que j'aie vraiment besoin de me détendre) avec en plus des geckos partout (youpi) et de nouveau des petits singes (re-youpi). Nous avons mangé dans un petit boui boui local sans électricité où la petite dame nous a préparé un pur festin.
Pour terminer la journée en beauté nous nous sommes rendue au Pai Inacio, sortes de montagnes plates (voir photo, moi pas savoir expliquer) pour admirer le couché de soleil.
Le soir je me suis fait un bon petit resto de pâtes fraîches, qui a dit que parce qu'on voyageait seul on ne pouvait pas se faire plaisir ? Sachez-le, j'aime manger (oui je sais ça se voit).

 

Morro de sao paulo

 

7 heures de bus pour retourner à Salvador, 20 minutes de taxi jusqu'au port, 45 minutes de ferry, 1 heure de minivan et 20 minutes de bateau plus tard me voilà à Morro de Sao Paulo. C'est une belle île au (très) large de Salvador, un peu style village de vacances méditerranéen. C'était très sympa mais sachant que je voyage seule, que j'ai un goût pour la fête très modéré et que je m'ennuie vite à la plage, c'est une destination dont j'aurais éventuellement pu me passer. Il n'y a pas de voiture donc ça c'est vraiment cool (surtout pendant cette triste époque de l'Euro où vous êtes assaillis par des klaxons), le moyen de transport sur l'île est la brouette, donc si vous entendez « taxi, taxi » c'est que quelqu’un se propose (contre rémunération bien sûr) de transporter vos bagages en vulgaire brouette.
Le deuxième jour j'ai réservé un tour en bateau à la journée qui, je l'ai compris ensuite, est synonyme de grosse beuverie pour les brésiliens (c'est-à-dire tous sauf moi), seule l'arrêt sur un bar à huîtres flottant m'a réellement plu (eh oui j'adore ces trucs gluants). J'ai quand même rencontré un brésilien sympa (et sobre) avec qui j'ai pu partager un bon repas le soir (une moqueca, voir foodbook quand je l'aurai mis à jour). Petite anecdote, il m'a demandé si je connaissais le cacao, un fruit qu'on trouve au Brésil, je lui ai à nouveau précisé que j'étais suisse.
Après deux jours, quoique très sympathiques, je pars sans trop de regret, si ce n'est de me refaire tout le trajet en sens inverse pour aller prendre un vol à Salvador. Je suis arrivée vers 18h30 à Rio, trouvant le terminal de bus trop craignos pour y dormir j'ai décidé de rejoindre directement ma prochaine destination malgré l'heure tardive.


Paraty coup de cœur


  

ça fait longtemps que j'ai pas mis de coup de cœur parce que j'avais oublié ce truc que je faisais au début, ou alors tout m'a plu.
Je suis arrivée à Paraty dans l'état de Rio de Janeiro à minuit et demi, donc je n'ai pas fait la difficile, je suis allée dans la seule auberge qui a bien voulu m'ouvrir la porte, tout plutôt que de dormir dehors car les températures ne sont plus les mêmes qu'au nord et je me les cailles. Je me retrouve seule dans le dortoir avec une lausannoise qui fait le tour du monde (small world), elle est partie le lendemain matin mais nos chemins se recroiseront.
Au réveil j'ai eu la surprise de découvrir une super auberge avec une petite terrasse sur la rivière et un adorablissime chaton, je fus la seule cliente pendant les deux jours (hors saison mon amour)
De nouveau un super centre historique de type colonial (apparemment le mieux conservé du Brésil) avec des rues pavées (des très gros pavés, très jolis mais pas pratiques du tout, mes orteils s'en souviennent). Ce que j'ai particulièrement aimé dans cette ville c'est les marées hautes qui viennent inonder une partie des rues qui reflètent avec une parfaite symétrie les maisons colorées, super pour la photo, je n'en ai manqué aucune, de jour comme de nuit.
Je suis même allée faire une heure de stand up paddle qui s'est déroulée à merveille sauf ma lamentable chute (atterrissage non pas dans l'eau mais sur la planche) à dix mètres de la plage, VDM.
Le deuxième jour j'ai de nouveau réservé un tour en bateau d'une capacité de 150 personnes où nous n'étions que 15 (je jubile), au programme snorkeling, arrêt sur des belles plages et farniente sur le pont du bateau.
Le matin j'avais prévu de prendre le bus de 8h30 mais le chaton est venu se coucher sur moi comme tous les matins donc ce fut le bus de 9h40.


Ilha Grande

 

Après un trajet en bus puis un court trajet en bateau je rejoint la lausannoise (Marie-Noëlle) dans son auberge sur Ilha Grande. Je préfère nettement cette île, il y a pleins de plages sauvages, de la forêt et du relief donc pleins de randos possibles et c'est nettement moins surfait que Morro de Sao Paulo. Le premier soir je regardais le couché de soleil depuis mon hamac quand j'ai aperçu un petit groupe de dauphins, c'est cliché mais c'est verdict.
Le deuxième jour à 9 heures je suis partie seule pour faire les 2h30 de marche dans la forêt qui me sépare de la merveilleuse plage de Lopes Mendes (apparemment une des plus belles du Brésil). Des le début deux chiens super ont commencé à me suivre (un devant un derrière), en chemin j'ai rencontré un couple de hollandais, deux autres chiens ont rejoint le groupe donc arrivé à la plage nous étions 7. Les toutous ont nagé, joué et bronzé avec nous (malheureusement aussi squatté nos linges). En fin de journée quand nous sommes parti les deux du début nous ont bien entendu suivi, nous avions réservé un taxi-bateau pour nous rendre au village mais il nous était impossible de les abandonné là, donc on les a pris sur le bateau et tout le petit monde est rentré ensemble au point de départ. Apparemment il y en a beaucoup sur l'île, c'est les « chiens-guides », chaque jour ils se choisissent des touristes et passent toute la journée avec eux, ils sont en très bonne santé, heureux et dispose d'une liberté infinie tout recevant tout l'amour nécessaire, j'aime ce genre d'histoire.
Le soir il y a eu une grosse soirée à l'hôtel, j'y ai mangé et bu des caïpirinhas avec Marie-Noëlle mais en bonnes mamies on a été se coucher à 23h. C'est là que ça se gâte, à 3 heures du matin je me suis réveillée avec une soif intenable et plus une seule goutte d'eau, il me fallait réagir. C'est donc armée de mon pyjama rose à ananas et mes cheveux en pagaille que je me suis rendue dans la boîte de nuit de l'hôtel où la soirée battait son plein (et malheureusement pour moi très éclairée) que je suis allée commander une bouteille d'eau au bar, je riais toute seule.
Voilà dernier jour dans ce petit coin de paradis, après une dernière matinée plage conclue par un pique-nique, Marie-Noëlle et moi partons pour Rio.


Voici probablement le dernier article du genre (je vous ferai peut être quand même une conclusion en rentrant ;-) ). Ma prochaine et dernière destination est Rio de Janeiro la merveilleuse, je ne pense pas que je ferais d'article, je vais faire des visites, de la plage et peut être même un peu de shopping, voilà vous savez tout. Vu les soucis de sécurité je ne vais pas souvent me balader avec mon appareil photo, ce serait bête de finir là-dessus.

Je n'ai pas réglé le problème des photos, mais j'avoue n'y avoir pas beaucoup utilisé d'énergie, toute celle-ci étant déjà mise à profit pour profiter de la vie. Mais je vous montrerai l'album papier du Brésil une fois fini si ça vous intéresse toujours.


PS : je suis tout à fait consciente que mes récits de chaleur, plage et baignade sont durs vu « l'été » que vous subissez actuellement et je m'en excuse mais je ne peux pas vous mentir. J'essaie de vous /me ramener le soleil.


cheers



 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Brésil