Tanzanie partie 1
  

Tanzanie partie 1

Machame, Tanzanie le 15/08/2015

 
 
Jambo (Salut en swahili),

7 août, arrivée à Moshi. Malheureusement, mon sac n'a pas suivi, donc deux jours de stress en me disant que j'allais devoir faire le Kilimanjaro sans aucune affaire... mais plus de peur que de mal, mon sac est finalement arrivé à la dernière minute! Ouf!

Moshi, un petite ville bien animée, pauvre aussi. La religion est très présente, autant de chrétiens que de musulmans mais tous vivent en harmonie et se respectent, un bon exemple à suivre pour certains pays.

Avec une Suédoise rencontrée dans mon dortoir, nous avons pris un taxi pour rejoindre les "hot springs" à une heure de route de là. Après avoir traversé la campagne pleine de de paysans en habits traditionnels et de chèvres, nous avons atteint un petit coin de paradis. Au milieu de la forêt, une sorte de piscine naturelle d'eau chaude et transparente au possible avec tout plein de petits poissons qui mangent les peaux mortes... chatouilleux s'abstenir! Bref incroyable, voir photos.

Kilimanjaro:

jour 1:
Machame gate: après nous être enregistrés et nous être fait voler une partie de notre dîner par les singes (magnifiques soit dit en passant) nous avons commencé l'ascension jusqu'au Machame camp à 3000m. Nous avons traversé une forêt tropicale dans le brouillard, c'était splendide et le côté mystique génial. A chaque camp il faut d'abord s'enregistrer puis premier contact avec les très odorantes latrines que nous allons devoir supporter durant 6 jours, moi j dis vivent les buissons!

jour 2:
marche de Machame camp à Shira cave camp, 3800m, de nouveau une marche très sympa, on est déjà au dessus des nuages, même impression que depuis le hublot d'un avion. Présentation de toute l'équipe; porteurs, cuisiniers, guides, etc. Et comme souvent en Tanzanie cela se passe en chanson! Impossible de ne pas être de bonne humeur avec ce qu'ils transmettent. (j'essaierai de mettre une vidéo même si ça ne vaut pas l'original). Cela m'a aussi permis de réaliser que, grâce au Roi Lion, nous connaissons tous un peu de swahili: hakuna matata, rafiki, simba, etc. eh oui, ça veut dire quelque chose... Et bien d'autres mots encore, très belle langue. Tous les soirs, les guides mesurent la saturation en oxygène des grimpeurs et le ou la gagnante (saturation en oxygène la plus élevée) a le droit à une chanson, autant dire que j'ai jamais gagné.

jour 3:
Montée jusqu'à 4700 pour le repas de midi, je commence clairement à avoir mal à la tête. Redescente jusqu'à 3940m à Barranco camp, très frustrant quand on sait qu'il va falloir tout remonter. Je ne suis pas bien ce soir là, l'altitude se fait clairement sentir, ça m'a fait peur pour la suite...

Jour 4:
J'me réveille fraîche comme une rose (ou presque) le mal de tête et les nausées ont disparu, merci corps de t'être adapté au manque d'oxygène. Longue journée de marche, la matinée était excellente avec un côté un peu escalade sur le "great barranco wall", l'après midi a traîné en longueur. Arrivée au dernier camp avant le sommet, Barafu (4700m) à 17h, souper à 18h, suivi d'un dernier briefing qui m'a bien mis la pression. 19h: dodo pour 3 petites heures et à 23h réveil pour l'ascension finale.

jour 5:
0h00 début de la longue ascension, on voit déjà plein de lumière en file indienne sinuer sur la montagne, rien de bien rassurant. on a du mettre de la vaseline sur le visage pour éviter les fameuses "frost bites" et emballer nos gourdes dans des chaussettes pour éviter qu'elles ne gèlent trop vite. L'ascension se fait dans le noir, à la lampe frontale, stalactite au nez. Tout le monde n'a pas partagé mon point de vue, mais personnellement j'ai adoré ça. L'avantage d'un groupe de 10 c'est que ça motive, le désavantage c'est qu'il faut s'adapter au rythme de tout le monde, les pauses étaient un peu trop fréquentes pour moi. Beaucoup ont été malades à cause de l'altitude (je vous épargne les détails). Pour ma part, à part un peu de fatigue, le souffle court et un peu mal à la tête, tout s'est bien passé. Après un lever de soleil magnifique, nous avons atteint le sommet à 9h. C'était une sensation incroyable, vue imprenable sur le cratère et les glaciers. A midi et demi, j'étais de retour au camp après 12 heures de marche. A peine le temps de se poser et de manger quelque chose qu'on repart pour le prochain camp, à 3700 mètres, pour un repos bien mérité.

Jour 6:
Le sommet du Kili est tout blanc, on a échappé de justesse aux chutes de neige. Après avoir distribué les pourboires à toute l'équipe (en chanson évidemment), nous sommes repartis pour la dernière marche à travers la forêt pour rejoindre le Mweka gate à 1800 mètres. Puis, finalement, le retour à l'hôtel. J'ai jamais autant apprécié une douche!

Expérience inoubliable, l'effort physique rendant tout ça encore plus mémorable et gratifiant. J'ai fait cette ascension avec la compagnie "G adventures", que je recommande.
 
(PS: les photos du Kruger sont téléchargées, album Nelspruit, celles du kili arrivent) 
 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Tanzanie